Tiens je te fais de la place mon ami

Le Choix cover 1Continuation de Les Catalyseurs sur le Grand Échiquier

… Quelqu’un nous fait une queue de poisson sur une route encombrée. Nous devons freiner brusquement pour éviter une collision. Maudissons-nous le chauffard ou bien freinons-nous en pensant: «Tiens je te fais de la place mon ami»?  

Je confesse que j’aurais tendance, si pas à le maudire, du moins à marmonner mon mécontentement à l’adresse du conducteur indélicat! Mon oncle Marion, maintenant parti pour la gloire, était un saint qui a vraiment dit en ma présence, un jour alors qu’il avait été coincé dans la circulation par un véhicule qui lui avait fait une queue de poisson: «Tiens je te fais de la place mon ami». Comme il avait dû freiner violemment, je me suis foulé un poignet en heurtant l’arrière du siège de Marion, et cela m’a fâchée. Mon oncle Marion n’a jamais exprimé aucune autre réaction à cet incident (sauf d’appuyer de tout son poids sur le frein) que de la pure compassion. Je crois du fond de mon cœur que mon Oncle Marion est parti de cette Illusion en étant gagnant au Jeu de sa Vie.  

Mon attitude envers ce chauffard n’a pas été de l’amour. Je ne le voyais pas comme faisant un avec moi. En cette circonstance, j’ai raté l’occasion d’utiliser mon catalyseur sur le petit échiquierce qui m’aurait permis de faire un choix sur le Grand Échiquier.  

Quand je repense à la réaction de mon oncle Marion à cette situation, je vois que l’identité et l’essence de Marion impliquaient sa conscience disciplinée, du fait que lui-même et cet homme faisaient un. L’essence de la réaction de mon oncle Marion a été d’équilibrer ce moment de peur alors qu’une voiture surgissait brusquement devant lui, terriblement trop près, par une émission de prise de conscience de la vérité. Crainte et amour ne peuvent pas faire bon ménage. L’un ou l’autre doit gagner. Nous sommes tous enclins à adopter d’abord une position de crainte dans les situations qui nous paraissent à risque. Équilibrer cette réaction en l’amenant à devenir de l’amour est le défi éthique fondamental de bon nombre de nos affrontements avec des catalyseurs. 

Dans ce livre, nous allons beaucoup analyser les choix. En fait, le sous-titre du présent volume est Le Choix. Ce qui nous amène au moment de faire ce choix c’est un catalyseur.  

Publicités

La fin de la période d’innocence

30.0 RA Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

30.1 INTERVIEWEUR Je vais exprimer ce que j’ai à dire, et puis je vous laisserai corriger si j’ai fait des erreurs. Voici ce que j’ai à dire: la Création est une seule entité ou unité. S’il existe seulement une seule entité, alors le seul concept de service est le service de soi. Si cette entité unique se subdivise, alors naît le concept de service de l’une de ses parties à une autre partie. De ce concept provient l’égalité du service de soi ou d’autrui. Il semblerait qu’à mesure que le Logos se subdivise, les parties sélectionnent chacune une orientation. Quand des entités individualisées émergent dans l’espace/temps; alors je présume qu’elles ont une polarité. Est-ce que cette idée est correcte?

RA Je suis Ra. Cette idée est très perspicace et correcte jusqu’à la phrase finale, dans laquelle nous notons que les polarités ne commencent à être explorées qu’au point où une entité de troisième densité prend conscience de la possibilité de choix entre le concept ou la distorsion du service de soi et celle du service d’autrui. Cela marque la fin de ce que vous pouvez appeler la « conscience sans soi » ou phase innocente de prise de conscience.