Le foyer du Créateur

28.1 Intervieweur: Il se peut que je revienne un peu sur mes pas aujourd’hui et que je fasse quelques faux départs, parce que je pense que nous sommes sans doute arrivés à la partie la plus importante de ce que nous sommes en train de faire, en essayant de rendre apparent par des questions que tout est un, comment cela provient d’un unique infini intelligent. C’est difficile pour moi, alors s’il vous plaît soyez indulgents pour mes erreurs quand je questionne.

Le concept que j’ai là, maintenant, du processus, en utilisant à la fois ce que vous m’avez dit et la matière de Dewey Larson ayant trait à la physique du processus, est que l’infini intelligent se dilate vers l’extérieur de tous les lieux, partout. Il se dilate dans toutes les directions uniformément vers l’extérieur, comme la surface d’une bulle ou d’un ballon qui se dilate vers l’extérieur à partir de tous les points, partout. Il se dilate vers l’extérieur, à ce qui est appelé une vélocité d’unité ou vitesse de la lumière. C’est l’idée qu’avait Larson de la progression de ce qu’il a appelé l’espace/temps. Est-ce que ce concept est correct?

Ra: Je suis Ra. Ce concept est incorrect comme l’est toute conceptualisation de l’infini intelligent unique. Ce concept est correct dans le contexte d’un Logos particulier, ou amour, ou Foyer de ce Créateur qui a choisi ses, allons-nous dire, lois naturelles et les moyens de les exprimer mathématiquement et autrement.

L’infini intelligent indifférencié, non polarisé, complet et entier, est le macrocosme de l’être revêtu de mystère. Nous sommes des messagers de la Loi Une. L’Unité, à cette approximation de compréhension, ne peut être spécifiée par aucune physique, elle ne peut qu’être de l’infini intelligent activé ou potentialisé par le catalyseur du libre arbitre. Ceci peut être difficile à accepter. Cependant, les compréhensions que nous avons à partager commencent et finissent dans le mystère.

Publicités

Le Grand Échiquier – Version Scientifique

Le Choix cover 1Carla L. Rueckert dans Comment vivre la La Loi Une:

Au collège, on nous parle de sciences et de méthode scientifique. Nous y apprenons la théorie fondamentale des sciences classiques, selon laquelle il existe ‘quelque part’ un monde qui n’a rien à voir avec nous, ni avec ce que nous pensons. Le processus scientifique se doit d’observer les phénomènes qui surviennent naturellement dans ce monde de ‘quelque part’, jusqu’à ce que l’on ait rassemblé suffisamment d’informations pour former une hypothèse à propos de ce que l’on observe. Ensuite, on mène des expériences qui étayent ou anéantissent l’hypothèse en question. Le scientifique classique est aussi satisfait d’une réponse négative que d’une réponse positive car de toute façon la somme des connaissances scientifiques a pu s’augmenter. C’est une manière hautement séduisante et nette de regarder l’univers. Nous avons parcouru un long chemin en appliquant la méthode scientifique à la création de notre culture actuelle avec ses nombreuses facilités.

Avant l’apparition de cet état de choses bien net, les études scientifiques et religieuses étaient liées entre elles. Les connaissances médicales et astronomiques, la chimie et l’étude des éléments, tout cela était étroitement lié à une discipline mystique nommée ‘alchimie’. Dans l’antiquité, les grands penseurs hermétiques d’Égypte et de Grèce ne séparaient pas de la science la foi et la philosophie. Les riches textes allégoriques des alchimistes offrent toujours une exploration sophistiquée et subtile des interconnexions entre microcosme et macrocosme, entre l’homme vu comme une âme et la Création vue comme un tout.

[…]

Cette nette séparation entre étude de la foi et étude de toutes les choses de ce monde a eu une influence critique.


Vous pouvez lire Comment vivre la Loi Une Niveau I: Le Choix (Traduction par M. Deschreider)