Le sommeil de la « réalité de consensus »

Vade mecum LL coverNotez que le groupe Q’uo ne définit pas les pèlerins errants et missionnés comme des extraterrestres sur Terre mais comme des entités qui s’éveillent à leur identité véritable d’êtres spirituels. Le sommeil auquel Q’uo fait allusion est simplement l’état dans lequel vit une personne au sein d’une culture, et dont le comportement correspond aux normes de la « réalité de consensus ». Dans ce sommeil il semble que le monde physique est tout ce qu’il y a de réel et que les objectifs de la personnalité matérialiste comme les ambitions en matière de carrière et de mariage, de bonheur, d’argent, de pouvoir et d’influence, ainsi que le fait d’être bien apprécié et adapté, sont des objectifs dignes d’être poursuivis. Que nous nous soyons éveillés de cette réalité de consensus d’une manière qui nous donne le sentiment d’être de nouveaux-venus sur cette planète, ou bien qui calque notre situation sur les modèles de pèlerins d’une religion, d’un mythe ou d’une philosophie, le fait est que nous nous sommes éveillés, et que nous ne parviendrons plus à retourner dans le nid douillet qui était peut-être le nôtre avant notre éveil. Nous sommes à présent embarqués dans un voyage qui durera toute notre incarnation présente. Ce voyage ne se déroule pas d’abord dans le monde physique, mais dans le monde métaphysique. Il se produit un profond glissement d’univers. Ceux de Ra l’ont décrit comme un glissement vers le temps/espace (ou coordonnées métaphysiques) à partir de l’espace/temps (ou coordonnées physiques). Peu importe notre voyage physique: c’est le voyage métaphysique qui compte, car les inconforts de ce voyage ne peuvent prendre tout leur sens, ne peuvent se prêter à un travail et faire l’objet d’amélioration que si l’on se place dans la réalité métaphysique que notre éveil place devant nous. Voici comment Q’uo décrit cela:

Lorsque le terme de «pèlerin errant» est utilisé, la signification première de ce mot définit quelqu’un qui voyage sans référence à un objectif ou à une destination précis. Ce terme contient implicitement une nuance de sentiment ou d’émotion de solitude, ou de solitude partagée, d’agitation peu importe l’environnement. Les vents soufflent froidement et avec âpreté pour ceux qui errent. Le soleil les brûle sans merci. Ils sont bien peu ceux qui utilisent ce terme dans une connotation d’état désirable pour un esprit aventureux. Tout l’instinct de troisième densité se porte vers l’enracinement, l’établissement du foyer, et la protection de celui-ci et de la famille. Le pèlerin errant est un déraciné lorsqu’on le regarde dans le contexte culturel dont vous jouissez dans votre environnement. Il est dès lors naturel que ce terme soit choisi pour décrire ceux qui sont arrivés dans la zone d’influence de la Terre et se sont incarnés pour faire un avec tous les citoyens de votre Terre[1].


[1] Q’uo, transcription du 22 mai 1994, p. 1-2

Qui sont les missionnés?

La définition la plus claire du missionné est celle qui est donnée dans la séance 12 du Contact Ra:

12.26 INTERVIEWEUR […] Qui sont les missionnés? D’où viennent-ils?

RA Je suis Ra. Imaginez, si vous voulez, les sables de vos rivages. Aussi innombrables que les grains de sable sont les sources de l’infini intelligent. Quand un complexe mémoriel sociétal est parvenu à la complète compréhension de son désir, il peut conclure que son désir est le Service d’autrui avec distorsion vers la main tendue, figurativement, à toutes les entités qui appellent à l’aide. Ces entités que vous pouvez nommer les frères et sœurs de l’affliction, se penchent vers cet appel de détresse. Ces entités proviennent de tous les lieux de la Création infinie et sont liées entre elles par le désir de servir dans cette distorsion.

12.27 INTERVIEWEUR Combien d’entre elles sont incarnées sur Terre actuellement?

RA Je suis Ra. Le nombre est approximatif dû à un fort influx de celles qui naissent actuellement à cause d’un besoin intense d’éclairer la vibration planétaire et aider ainsi à la moisson. Le nombre est proche de soixante-cinq millions.

12.28 INTERVIEWEUR Est-ce que la plupart d’entre elles viennent de la quatrième densité? Ou bien de quelle densité proviennent-elles?

RA Je suis Ra. Peu sont de quatrième densité. Le plus grand nombre de missionnés, comme vous les appelez, sont de sixième densité. Le désir de servir doit être distordu dans la perspective d’une grande pureté de mental et de ce que vous pouvez appeler témérité ou bravoure, selon le jugement de votre complexe de distorsion. Le défi/danger pour le pèlerin errant est qu’il oublie sa mission, devienne karmiquement impliqué, et donc précipité dans le maelström à partir duquel il s’était incarné pour éviter la destruction.

La Confédération des Planètes au Service du Créateur Infini est un intitulé que les entités qui contactent notre groupe de recherche utilisent depuis longtemps pour s’identifier et se décrire. Ceux de Ra disent provenir de la sixième densité de notre Création. Dans la période actuelle, la Terre est en train de passer de la troisième à la quatrième densité; ces sources de la Confédération sont donc en avance sur nous de deux ou trois cycles de croissance par rapport à notre stade actuel d’évolution. Ceux de Q’uo sont un principe composé de plusieurs groupes d’entités à l’intérieur de cette Confédération, tout comme ceux de Ra qui sont de sixième densité, ceux de Latwii qui sont de cinquième densité, et des sources de quatrième densité telles que Oxal et Hatonn. Le principe de Q’uo a été établi par les sources impliquées pour pouvoir parler avec notre groupe après le décès de Don Elkins, lorsque le contact avec ceux de Ra est devenu impraticable et dangereux pour nous. Cette source Q’uo décrit la situation que nous vivons actuellement sur la planète Terre:

Actuellement, en cette période particulière, beaucoup de ceux qui peuvent se dire des pèlerins sont, en train de s’éveiller à leur identité spirituelle. Au cours de cet éveil apparaît chez celui qui cherche une grande faim d’en savoir davantage, de trouver des moyens de servir, de se sentir confortable dans cet état de conscience qui est si complètement différent du travail et du jeu qui ne sont pas réfléchis. Les routines peuvent être exactement les mêmes, mais le point de vue est différent. Et une fois éveillé, le chercheur ne peut plus replonger dans le sommeil: il doit vivre éveillé dans l’incarnation[1]. 


519TnMo+dAL[1] Q’uo, extrait d’une transcription d’une méditation L/L Research datée du 13 avril 1997.

PDF gratuit
broché
kindle

Les pèlerins venus d’ailleurs, extraterrestres et terrestres, ont une nature, une mission

Vade mecum LL coverIl y a sur Terre un autre grand groupe de personnes qui sont tout autant missionnées que celles du contingent extraterrestre. Il s’agit des autochtones de la Terre qui ont commencé à s’éveiller à leur identité métaphysique en tant que citoyens de l’éternité et créatures de nature et d’existence infinies. Lorsque le chercheur s’éveille, qu’il (ou elle) soit ou non un natif (-ve) de la Terre, il/elle devient un(e) missionné(e) parmi les peuples de la Terre, à jamais un(e) outsider spirituel(le). Les pèlerins venus d’ailleurs, extraterrestres et terrestres, ont une nature, une mission, des défis à relever, identiques. Les deux groupes ont pris des corps et incarnations terrestres. Ils ont tous deux accepté les règles de la vie terrestre. Ils ne quitteront cette vie pour des densités plus élevées qu’en gravissant les degrés comme cela se fait sur Terre. Et ils partagent une mission très puissante et essentielle auprès des habitants de la Terre et de la Terre elle-même. Je suis également une missionnée dans ce sens large, et j’ai le sentiment que quiconque est attiré par le présent livre est un tel missionné.

À partir de 1962, année où j’ai eu personnellement connaissance des contacts extraterrestres, j’ai beaucoup réfléchi à ce qu’est réellement un pèlerin venu d’ailleurs. Ma conclusion est que les symptômes qui indiquent que l’on est un pèlerin venu d’ailleurs sont les mêmes que ceux qui se manifestent lorsqu’une personne de n’importe quelle autre densité ou planète s’éveille du rêve de réalité physique extérieure propre à cette culture ou cette planète, à la conscience de son identité métaphysique de citoyenne de l’éternité et de l’infini. Je crois qu’il existe des millions et des millions de natifs de la Terre ayant atteint la maturité spirituelle, qui sont potentiellement dans leurs incarnations finales et qui travaillent à la moisson avec le même degré de sérieux que n’importe quel pèlerin éveillé. Fondamentalement, à ce degré d’évolution de notre planète, tous les chercheurs en spiritualité qui sont éveillés ou activés sont des pèlerins venus d’ailleurs. Presque tous les adolescents pubères de notre époque sont des pèlerins venus d’ailleurs. La situation d’un pèlerin venu d’ailleurs d’orientation chrétienne, juive, bouddhiste, taoiste ou adepte de n’importe quel autre système de pensée religieux ou métaphysique, est la même que celle de quelqu’un qui s’identifie comme un pèlerin dans le sens OVNI, c’est-à-dire comme originaire d’une certaine planète et arrivant sur cette planète-ci. Qu’il soit natif de la Terre ou extraterrestre, le pèlerin errant a laissé derrière lui le monde physique et tout ce qui est matériel, et il n’est plus adapté au modèle ou au profil d’un être humain normal selon nos critères culturels. Lorsque j’utilise le terme de «missionné» dans ce manuel, je fais référence à tous les êtres spirituellement éveillés qui savent pertinemment qu’ils sont des citoyens de l’éternité et que leurs idéaux sont plus élevés que ceux qui ont cours sur notre Terre et dans notre culture, qui savent qu’ils sont des êtres dont l’éthique les pousse à poursuivre l’évolution de leur esprit dans un sens métaphysique, qui savent qu’ils sont en mission pour servir pendant leur vie et le moment présents.

Bienvenue à votre mission sur Terre

519TnMo+dAL« Suis-je une missionnée? Oui, je dis oui dans le sens où je viens vraiment d’ailleurs, où je ne tire pas mon origine de cette planète. Au cours de séances d’hypnose régressive j’ai revécu des épisodes de vie sur une autre planète, et j’ai même pu voir un groupe d’entre nous venir sur Terre en tant que missionnés. Le compte rendu de cette régression a été publié en 1976, au chapitre VIII de Secrets Of The UFO[1]. Des années plus tard, pendant les contacts que notre groupe a eus avec ceux de Ra, nous leur avons demandé de confirmer si Don Elkins, Jim McCarty et moi-même étions bien des missionnés, et ils l’ont fait en disant:

En scannant chacun des complexes mental/ corps/esprit ici présents, nous trouvons déjà la complète certitude de cette occurrence et dès lors nous ne voyons pas de mal à récapituler cette occurrence. Chacun de ceux présents ici est un missionné poursuivant une mission, si vous voulez[2].

Cette information m’a-t-elle convaincue que j’étais une extraterrestre venue ici pour servir en tant que missionnée? Non. C’est-à-dire, pas seulement. Une série de choses s’étaient accumulées avant que j’arrive à la ferme opinion qu’à un certain niveau, cette information me concernant était correcte. Un des ensembles de données était l’amour et ma participation constante au cercle de méditation qui avait commencé à retransmettre des messages supposés de provenance extraterrestre, et reçus en channeling à Louisville en 1962. Ma réaction à ces messages extraterrestres a toujours été très positive: ils éveillent en moi un écho. Un autre ensemble d’informations émanait de deux hommes: Don Elkins et Jim McCarty qui dès la première rencontre, m’ont fascinée et attirée. J’ai toujours eu le sentiment que me focaliser sur, et suivre mes relations, faisait partie de ma voie personnelle. Dès le départ il y a eu une impression de confort, une mystérieuse impression de parenté et de proximité. Tous deux s’intéressaient de très près à la recherche spirituelle et aux OVNI, et au cours de mon travail avec eux la collaboration a longtemps tourné autour de messages extraterrestres à propos du pèlerin ou missionné. Les informations transmises par ceux de Ra m’ont seulement apporté une confirmation; pas une conviction. J’étais déjà convaincue. Alors en tant que missionnée, à tous les pèlerins et «walk-ins»[3] qui se perçoivent comme venant d’ailleurs, bienvenue chez vous! C’est-à-dire que je vous souhaite la bienvenue dans l’atmosphère familière où vous savez ce que vous êtes et où vous avez conscience d’être en nombreuse compagnie. Je vous souhaite la bienvenue à votre mission sur Terre. »

Carla L. Rueckert,
Vade mecum du pèlerin errant: Un manuel à
l’intention des extraterrestres et autres outsiders spirituels


[1] Elkins, Donald T., en collaboration avec Carla L. Rueckert, Secrets Of The UFO, Louisville, KY, L/L Research, [1977]

[2] McCarty, Jim et Carla L. Rueckert, The Law Of One, Book V: The Personal Material (La loi Une, livre V: apport personnel), Atglen, PA, Schiffer Publications, [c1998], p. 27

[3] Walk-ins: «Un Walk-ln est un être qui entre à l’intérieur d’un autre corps, d’un corps qui ne lui appartient pas, après un pacte d’alliance passé entre l’âme de ce corps et celle qui s’y incarne. Les walk-ins sont des âmes qui souhaitent revêtir la forme humaine sans avoir à passer par la naissance, la fréquentation de l’école primaire et autres nécessités de la petite enfance […] ». (forum WingMaker 30.9.2008) (NdT)

Vade mecum du pèlerin errant

Un manuel à l’intention des extraterrestres et autres outsiders spirituels

Disponible dès maintenant: « A Wanderer’s Handbook » by Carla L. Rueckert, traduit par Micheline Deschreider.

« Nous devons parler ensemble, nous les pèlerins de la Terre. Nous devons nous raconter mutuellement notre histoire, frères et sœurs de l’affliction, nous qui nous efforçons de partager l’amour le plus profond que nous avons dans notre cœur avec la conscience existant sur cette chère planète. Voici mon histoire, au moment où j’appelle tous les pèlerins errants au service le plus digne. Nous sommes ici pour aider à la moisson à l’aube de ce millénaire. » (Carla L. Rueckert dans le préface)

Intervieweur: […] Qui sont les missionnés? D’où viennent-ils?

Ra: Je suis Ra. Imaginez, si vous voulez, les sables de vos rivages. Aussi innombrables que les grains de sable sont les sources de l’infini intelligent. Quand un complexe mémoriel sociétal est parvenu à la complète compréhension de son désir, il peut conclure que son désir est le Service d’autrui avec distorsion vers la main tendue, figurativement, à toutes les entités qui appellent à l’aide. Ces entités que vous pouvez nommer les frères et sœurs de l’affliction, se penchent vers cet appel de détresse. Ces entités proviennent de tous les lieux de la Création infinie et sont liées entre elles par le désir de servir dans cette distorsion. (La Loi Une, Séance 12)

519TnMo+dALDisponible pour lecture et téléchargement gratuits en format PDF et en format broché et kindle, bientôt aussi en reliure dure.

Merci et bonne lecture!
Votre Maison d’édition La Loi Une